ÉCHOGRAPHIE ET GROSSESSE


25/01/2011

GrossesseL'échographie est essentielle dans le suivi des grossesses. Sa diffusion est large en raison des informations qu'elle apporte, de son innocuité et de son faible coût.

Les pratiques sont un peu différentes selon les pays. En France, trois examens sont proposés, un par trimestre. Ils seront réalisés par des médecins ou des sages-femmes.

L'examen du premier trimestre réalisé aux environs de 12 semaines d'aménorrhée (de 11 semaines à 13 semaines +6 jours) a vu son importance croitre ces dernières années en raison du dépistage des anomalies chromosomiques (mesure de la clarté nucale couplée aux marqueurs sériques) et de la possibilité sans cesse grandissante de diagnostiquer tôt dans la grossesses des anomalies majeures grâce à l'amélioration considérable de la qualité des images. Il identifie également les grossesses multiples, ce qui permet d'optimiser leur surveillance.

L'examen du deuxième trimestre réalisé aux environs de 22 semaines permet de vérifier la vitalité fœtale, sa croissance et permet de dépister un certain nombre de malformations. C'est l'examen morphologique habituel.

Enfin l'examen du troisième trimestre réalisé aux environs de 32 semaines permet de dépister des anomalies à révélation tardive, d'apprécier la vitalité fœtale et de préciser la position du placenta.
Ces trois examens de dépistage, toujours proposés mais jamais obligatoires, peuvent être complétés par des examens focalisés soit parce qu'une structure paraît douteuse ou est mal vue, soit parce qu'une surveillance particulière est souhaitée.

Les grossesses gémellaires bénéficient d'une surveillance particulière, tous les quinze jours ou tous les mois selon leur type.
Enfin, les échographies dites de diagnostique sont réalisées sur point d'appel clinique ou échographique voire biologique pour tenter d'établir un diagnostique le plus précis possible voire le cas échéant un pronostic.

Dans certains cas, l'analyse du caryotype sera proposée en prélevant soit un fragment de placenta (biopsie de trophoblaste) ou de liquide amniotique (amniocentèse) selon l'âge de la grossesse. Ces examens seront guidés par l'échographie.

L'échographie fœtale est devenu probablement l'examen le plus encadré de toute l'imagerie, bénéficiant d'un cahier des charges précis pour les trois trimestres et d'une attention toute particulière pour le premier trimestre (démarche de dépistage avec les marqueurs sériques et surtout démarche de contrôle qualité).

C'est grâce à ce cahier des charges précis et à la loi du 4 mars 2002, validée en juin 2010 par le Conseil Constitutionnel, que les échographies obstétricales peuvent continuer à être pratiquées. Sans ce cadre médical et juridique précis, leur pérennité n'était plus assurée.

Ces examens sont intégrés dans le suivi global des grossesses. L'échographie n'est qu'un des éléments de la surveillance d'une grossesse mais pas le moindre. Tout concoure pour que l'échographiste ne soit pas seul : Réseaux de périnatalité, Centre pluridisciplinaire de diagnostic prénatal, staff, séminaires, etc.

Échographie et grossesse : couple incontournable actuellement.